jeudi 25 octobre 2007

l'immanence mon cul

tu sais pas de qui je parle
tu sens juste ton souffle et ils
arrivent et soufflent aussi
et c'est plus le même souffle et ça t'angoisse
mais maintenant tu et ils à mon cul sans souffle respire
et /ou je rigole

là où le style rejoint l'extrémité de mon piquet à moi
ils te plante au milieu de mon style
en plein sur l'extrémité de mon piquet
tu souffre tu ne rigole pas toi
tu dis je suis harponnée à ton cul

moi je trouve ça drôle toi quand tu ne ris pas
je dis est-ce que tu vois toujours l'immanence
dans les hauteurs de mon cul
je dis tu m'écrase qu'elle dit
en plein milieu de ton cul t'écrase
ton cul m'écrase sur l'arrête
je dis quelle dis je ne suis plus qu'une masse
bouchonnante à l'extrémité de ton cul
une masse molle plantée au centre
tu dis plus d'air possible
et ça me fait pas rire du tout

moi je trouve ça drôle toi quand tu ne ris pas

d'être au piquet et de boucher ton air
je dis cramponnes toi encore
dis moi si ils rigolent quand même
explores et parles moi de mon immanence
fais moi un rapport que je saches
car moi, charles, j'aime les rapports et ils
j'aime les rapports avec ils

et tu dis il n'y a plus d'immanence ici
tu dis ça peut pas venir de l'immanence de ton cul
car ce qui souffle ici c'est l'horrible
et ça peux pas venir de toi car ça m'étouffe qu'elle dit
ce pilori c'est une Idée qui transcende l'horreur
de ton propre cul qu'elle dit

ta transcendance vient fermenter ton immanence
en plein milieu de où t'aurais dût vivre qu'elle dit
je dis que ce n'est pas possible
que tu es folle et que tu dois y rester
je sais que mon cul est immanent parce qu'ils rigolent
alors fais moi un rapport ou barres-toi
si tu ne peux pas j'exploserais mon immanence
dans ta gueule
je dis que je t'écrirais des tonnes d'insultes
et tu verras que mon immanence est puissance

désolée qu'elle dit
tu ne comprends rien
tu n'es pas drôle alors fous le camp ou je te broies
vas plier plus loin je dis entre
entre deux autres culs ou deux autres chaises
vas foutre ton cul entre deux chaises un peu plus loin
je dis plies toi et crève
ou moi et mon immanence on t'explose

toi et ton immanence
mes couilles ça te ferait rire

7 commentaires:

virginie_grahovac a dit…

il y a tjrs ce poème à continué que jamais t'as fait

du coup je l'ai mis

on sait jamais


cependant / TOUT CELA EST BIEN NAZE

n'est-ce pas ?

Anonyme a dit…

ce texte est essentiellement écrit par charles pennequin
on le voit déjà car il y a moins de fautes
celui-ci espère vivement que l'a2bal disparaîtra du nord et ira rejoindre la langue des on où son avenir radieux l'attend. Sinon, le "on" sans langue se verra contraint de tout faire pour, et enfin détruire cette vermine comme il se doit.

pas de bol a dit…

je ne savais pas qu'il fallait le continuer du tout puis je travaillais à autre chose aussi
et tu le sais

pas de bol a dit…

le "on" sans langue a toutefois la langue bien pendue
la conne s'en va

Anonyme a dit…

si tu veux on peut le continuer ce texte? "

JE DIS NON

Non virginie
Je ne continuerai pas ce poème
Car je ne suis pas cérébral
Je suis dans l’amour, et c’est l’amour
Qui me fait écrire, c’est d’écrire
Par ton cul qui fait, ton cul fait
Et refait, et ton cul pour moi
c'est dans aussi l'oreille et c'est aussi
dans ta voix ton cul d'oreille où ça parle
et dans ta voix qui me parle oui ton cul
et ton corps tout qui me traverse
le petit fion
C’est traverser le toi en moi et le moi
Qui a dedans toi, c’est ça qui faisait
Que ça écrivait, c’était pas du jeu
Car là, c’est pas du jeu
de croire que s’en est
alors que s’en est pas, je joue pas
dans la joute
la joute virginie non, je joute pas
avec le cérébral, ras la casquette
du cérébelleux, c’est les belliqueux
les cérébelleux, ils foutent les boulent
ils joutent, ils ont les boules
qu’on joute pas avec eux,
céréboule et bral et queue de bellique
voilà ce que vous voulez, vous voulez jouer
à qui perd gagne alors que moi je fous la purée
dans vos phrases les cérébellicouilles
vous avez les grosses couilles de la controverse
mais moi je cherche pas un contradicteur
dans l’amour
moi je cherche l’amour merde
et l’amour merde, et c’est toi
c’est toi mon amour merde

et ça ne me fait pas rire.

Anonyme a dit…

je m'excuse d'être aussi idiot
et de jouer à fond la carte de
la transcendantalité ? (poil au dentier complet ?) je m'excuse car je suis mal de te faire du mal de dire des choses qui te font du mal et qu'après tu réagisses j'en ai déjà les larmes aux yeux, je n'aime pas du tout te faire ça, je savais pas que tu verrais cette note et tu l'as vue. je pense fort à toi, tu me fais vivre virginie t'es le plus beau des épagneuls bretons (je suis à st brieuc comme tu le sais et là-bas on les aime bien les épagneuls pour leur p'tite gueule) bisous à toi mon cher épagneul à deux balles

Anonyme a dit…

je veux pas faire la guerre avec toi
ou si je veux
mais j'abandonne alors
on fait la guerre ? et puis après on tient ensemble ? mais on peut continuer si tu veux à la faire moi j'attends tes mots car là je te trouve vraiment excellente
je trouve ton écriture forte et ton intelligence à chaque fois me fout par terre, mais j'aimerais bienque tu continues sur du plotin
que tu me plotes le cul avec ton plotin, que tu me fasses cogner le cul sur les pierres avec le plotin et avec toi la cérébelleuse la belliqueuse boule de vérité que tu veux me coller dans la gueule jusqu'au cou comme ça je serai bien bouché et ENFIN
tu
TU
auras raison
n'est-ce pas ? t'aime ça avoir raison petite vache sacrée